En tant qu’entrepreneurs, nous faisons bouger la société. Pourquoi ne pas le faire aussi dans le Sud ?

« Le secteur de l’habillement est sous pression depuis un bon moment, tout comme sa rentabilité. La concurrence est féroce et les changements se succèdent à un rythme effréné. Pourtant, en tant qu’entrepreneurs, nous avons la responsabilité d’améliorer le bien-être des gens – qu’ils soient clients, collaborateurs ou fournisseurs. C’est du moins ainsi que je vois les choses », explique Dirk Perquy, qui dirige l’entreprise d’habillement belge Terre Bleue.

« J’aimerais bien que mon secteur fasse preuve d’un peu plus de responsabilité sociétale. Il faut que les activités économiques donnent du sens. Pour beaucoup de gens, hélas, le vêtement est devenu un produit jetable, une attitude encouragée par la prolifération des marques à petit prix. Mais il existe encore heureusement de nombreux consommateurs qui continuent à privilégier l’authenticité, la qualité et l’éthique. »

Une marque à valeur ajoutée sociétale

« Pour nous, Terre Bleue doit être une marque belge à valeur ajoutée sociétale. Nous ne le crions pas sur tous les toits, mais ceux qui connaissent un tant soit peu notre entreprise savent que nous sommes sensibles à certaines valeurs. Nos collaborateurs ont conscience que nous attachons énormément d’importance au respect, à l’honnêteté, à la confiance et à la responsabilité. Il règne chez nous une atmosphère de calme et de convivialité. Nos collaborateurs se sentent liés les uns aux autres. Et c’est l’image que nous renvoyons aussi à nos clients », explique Dirk Perquy.

Encourager l’entrepreneuriat féminin

« Nos collaborateurs apprécient le fait que nous soutenions Entrepreneurs pour Entrepreneurs depuis des années. Lorsque l’ASBL est venue m’expliquer son rôle d’intermédiaire entre les entrepreneurs d’ici et ceux du Sud, j’ai été immédiatement séduit par la formule. » Entrepreneurs pour Entrepreneurs s’est aussitôt mis en quête d’un projet d’ONG en phase avec l’entreprise. Dirk Perquy voulait soutenir l’entrepreneuriat féminin. Dans le Sud, ce sont surtout les femmes qui s’occupent de l’avenir de leurs enfants. « Il est capital de pouvoir les envoyer à l’école, car c’est le tremplin le plus important pour le développement durable, la prospérité et la démocratie. Nous espérions aussi trouver un projet qui fasse référence à notre marque, Terre Bleue », ajoute Dirk Perquy. Le thème de l’eau s’est donc imposé tout naturellement.

« Nos collaborateurs apprécient le fait que nous soutenions Entrepreneurs pour Entrepreneurs depuis des années. Lorsque l’ASBL est venue m’expliquer son rôle d’intermédiaire entre les entrepreneurs d’ici et ceux du Sud, j’ai été immédiatement séduit par la formule. » Dirk Perquy, de l’entreprise d’habillement belge Terre Bleue.
Projet centré sur l’eau

Dirk Perquy a été immédiatement acquis à l’idée de soutenir un projet de l’ONG Protos dans le domaine de l’eau. Au Burundi, les paysans avaient besoin d’un système d’irrigation car sur les terres pentues de cette région très vallonnée, leurs récoltes étaient régulièrement emportées par les eaux. Les femmes, souvent des veuves après le génocide au Rwanda, y ont creusé des tranchées contre le ruissellement pour pouvoir ensuite cultiver le sol. Un système ingénieux de traitement des eaux usées a aussi été mis en place afin de fertiliser les cultures. Ainsi, les femmes ont pu développer un petit commerce en vendant les légumes qu’elles cultivent avec succès. Le projet était déjà entamé lorsque Terre Bleue l’a rejoint. Aujourd’hui, cinq ans plus tard, il est achevé et les femmes à la tête de ces mini-entreprises peuvent continuer seules, par leurs propres moyens.

Autonomie

« Ce que j’aime chez Entrepreneurs pour Entrepreneurs, c’est qu’ils visent la durabilité. Ils collaborent uniquement avec des ONG qui garantissent la viabilité des projets de développement. Car il arrive trop souvent dans le Sud que des projets soient abandonnés en cours de route. L’ONG Protos, elle, ne se retire du projet qu’à partir du moment où elle a la certitude que les femmes sont devenues totalement autonomes. Et elle continue à les suivre par la suite. » Terre Bleue s’est à présent engagé dans un nouveau projet relatif à l’eau lancé par Protos à Haïti, cette fois encore pour soutenir l’entrepreneuriat féminin.

Satisfaction

Dirk Perquy s’efforce également de convaincre d’autres entrepreneurs de son réseau de la valeur ajoutée d’Entrepreneurs pour Entrepreneurs. « Je leur explique la satisfaction qu’on en retire, la valeur ajoutée que ce type de collaboration peut apporter à leur culture d’entreprise et à quel point les nouveaux collaborateurs potentiels apprécient les entreprises sensibles aux besoins du Sud. Et surtout, que l’entrepreneuriat social est une approche qui porte ses fruits. »
On répond parfois à Dirk Perquy que l’argent n’arrive de toute façon jamais et que la politique est trop complexe dans les pays du Sud pour mener des actions de développement efficaces. « Je ne partage plus ce point de vue », affirme Dirk. « Une chose est sûre : les seuls combats perdus d’avance sont ceux qu’on refuse de livrer. Et puis, soutenir l’entrepreneuriat dans le Sud est aussi dans notre propre intérêt ! Car si les habitants de ces pays n’ont aucune chance de s’en sortir, les flux de réfugiés ne feront qu’augmenter. En tant qu’entrepreneurs, nous faisons bouger la société. Pourquoi ne pas le faire aussi dans le Sud ? »