Un café congolais d’exception grâce à Entrepreneurs pour Entrepreneurs et Rikolto

Si le café de Kawa Kabuya est le meilleur de RDC, c’est en partie grâce à Entrepreneurs pour Entrepreneurs. Et bien sûr aussi aux Iles de paix/Rikolto, qui ont lancé le projet café dans l’Est du Congo en 2014.

L’Est du Congo a longtemps fourni un excellent arabica, jusque dans les années qui ont suivi l’indépendance. Une production qui a connu son apogée à la fin des années 80, avant de décliner avec la chute du régime Mobutu, les pillages par les rebelles et l’afflux de réfugiés rwandais, et la dégringolade du prix du café sur le marché mondial. Mis sous pression, les caféiculteurs ont continué à produire mais vu la faiblesse des prix, soigner la qualité ne leur rapportait plus grand-chose. La réputation du café de l’Est du Congo est ainsi tombée au plus bas.

“Il nous fallait opérer d’urgence un changement d’échelle, et c’est pour cette raison que nous nous sommes adressés à Entrepreneurs pour Entrepreneurs en 2016. Malgré le risque, ils ont accordé un crédit-pont de 50 000 euros à Kawa Kabuya, ce qui a permis à la coopérative de franchir une étape bien nécessaire. – Godfroid, directeur Rikolto in DR Congo.

Creux de la vague

« Voilà où en était la situation lorsque nous avons lancé notre projet de coopérative en juillet 2014 », explique Ivan Godfroid, directeur régional de Rikolto en République démocratique du Congo. « Chaque paysan cultivait son café sur son lopin de terre et le préparait à sa manière pour le vendre à un acheteur, lequel le revendait à un autre intermédiaire, et ainsi de suite jusqu’à ce que le café arrive chez un exportateur. Les caféiculteurs ne gagnaient pratiquement rien. » Et le marché mondial se désintéressait du café provenant du Kivu. « C’est dans ces circonstances difficiles que nous avons mis en place des coopératives afin que les paysans puissent acheter et transformer eux-mêmes les cerises de café de manière centralisée dans des micro-stations », poursuit Godfroid.

 

Une aventure

On a demandé à chacun d’eux de verser 50 dollar, Rikolto s’étant engagé à apporter une contrevaleur identique. « Nous avons fourni un dépulpeur motorisé, des filets de protection et de la toile pour les claies de séchage, car c’est impossible à trouver au Congo », ajoute Godfroid. « Nous voulions leur montrer qu’ils étaient capables de produire eux-mêmes du café de haute qualité s’ils mettaient leur investissement en commun, avec un petit coup de pouce financier de l’extérieur pour débuter. Mais il était clair qu’aucune banque, ni même aucun social lender, ne voulait se lancer dans ce genre d’aventure. Rikolto a dû chercher des investisseurs privés, des personnes ou des organismes prêts à leur faire crédit.

 

Gagnant d’un prix international

Entre-temps, Rikolto avait encouragé la coopérative Kawa Kabuya à présenter son café amélioré au concours international Taste of Harvest. « L’AFCA, l’African Fine Coffees Association, organise chaque année un concours international. Bien que l’Office National du Café en soit membre également, il ne faisait pas grand-chose pour la promotion du café congolais. C’est pourquoi nous avons encouragé les coopératives à s’affilier et à concourir. Kawa Kabuya a participé au concours pour la première fois en 2015 et a immédiatement remporté la première place pour le Congo ! »

Résultat : le prix de son café s’est envolé –  et la demande aussi ! « Il nous fallait opérer d’urgence un changement d’échelle, et c’est pour cette raison que nous nous sommes adressés à Entrepreneurs pour Entrepreneurs en 2016 », explique Godfroid. « Malgré le risque, ils ont accordé un crédit-pont de 50 000 euros à Kawa Kabuya, ce qui a permis à la coopérative de franchir une étape bien nécessaire. Elle s’est agrandie et a de nouveau gagné le concours en 2016 et 2017 ! Grâce au crédit-pont d’Entrepreneurs pour Entrepreneurs, nous avons désormais les reins assez solides pour répondre aux conditions des fonds de développement tels qu’Alterfin et obtenir un financement plus structurel à long terme ! »

Frieda Van Wijck

 

Investir dans le projet B2B vous intéresse ? Consultez le portefeuille de projets. Vous pouvez également contacter Georges Claes par mail (georges.claes@ondernemersvoorondernemers.be) ou par téléphone au 016 32 10 72.