Conference Climate Change, Biodiversity & Economic Outlook

Publié sur: 30/11/2023

Changement climatique, biodiversité et perspectives économiques

La 8ème conférence de Entrepreneurs for Entrepreneurs (OVO) s'est tenue le 22 novembre 2023, dans l'auditorium de BNP Paribas Fortis, à Bruxelles.  Le thème de la soirée était vaste et ambitieux : changement climatique, biodiversité et perspectives économiques.   

 

Après son discours de bienvenue, Freddy De Mulder, modérateur - bénévole, membre du conseil d'administration et investisseur à OVO - a présenté le premier orateur : Max Jadot, président du conseil d'administration de la banque et, donc, hôte de la soirée. Celui-ci n'a pas mâché ses mots. Oui, les problèmes sont grands. La situation économique, les guerres, la (r)évolution technologique rapide et l'écart important entre le nord et le sud ne sont pas vraiment des raisons de faire preuve d'un optimisme excessif ! Pourtant, il voit beaucoup de lumière dans l'obscurité. Il a explicitement relevé qu'OVO se concentrait sur des solutions en Afrique. En particulier, il a fait remarquer qu'une conférence sur notre thème était tout à fait appropriée dans ce bâtiment climatiquement neutre de la banque. Enfin, il a conclu en affirmant que BNP Paribas continuerait à soutenir les activités d'OVO.   

 

Une croissance respectueuse du climat 

Après le président de la banque le deuxième orateur, Luc Bonte, président d’OVO, a pris la parole.  Il a brièvement détaillé le fonctionnement d'OVO (sélection, orientation, financement et suivi d'entreprises africaines prometteuses). Il est ensuite passé au grand défi auquel l'Afrique se trouve confrontée : comment faire croître le continent sans emprunter les voies non durables de l'industrialisation comme en Occident. En d'autres termes, comment améliorer la vie des Africains sans avoir d'impact négatif sur le climat et la biodiversité ? “La décroissance et la réduction de la consommation d'énergie sont des solutions, mais elles ne doivent pas conduire à la stagnation et à la perte d'emplois. Surtout pas en Afrique, qui a peu ou pas contribué à la crise climatique mais qui en subit les conséquences. Il faudra donc faire de bons choix pour réussir la transition”. Luc Bonte   plaidé pour un dialogue autour du changement climatique et de la croissance africaine. Il a conclu son intervention par une minute de silence pour tous ceux qui souffrent de la violence dans le monde.  

 

L'Afrique n'est pas le problème, mais la solution 

Frank Bekaert, associé principal chez McKinsey & Company a, d’entrée de jeu, annoncé la couleur : « Il n'y a pas que le changement climatique, mais aussi le déclin de la biodiversité (un problème sous-estimé), la pollution des aliments et de l'eau et la pollution plastique. Pour la plupart de ces problèmes, nous sommes déjà dans la zone rouge et la situation ne s'améliore pas. Heureusement, il existe des solutions, même si elles sont complexes. Il y a, en particulier, d’impressionnantes améliorations de la technologie des batteries et l'émergence de l'hydrogène en tant que source d'énergie ». Selon Frank Bekaert, l'hydrogène est en train de devenir encore plus important que le pétrole, même si les défis liés à cette technologie sont encore importants. Il a terminé sur une note plutôt positive pour le continent africain : "L'Afrique ne fait pas partie du problème, elle fait partie de la solution. Il y a un énorme potentiel pour les énergies renouvelables, comme l'hydrogène vert, et le sous-sol africain est particulièrement riche en ressources critiques comme le cobalt, le cuivre et l'uranium”.  

 

L'Afrique, puissance minière 

Patricia Bingoto-Maeder, experte principale chez McKinsey & Company, s'est jointe à l'orateur précédent. Selon elle, les opportunités pour l'énergie solaire et éolienne en Afrique sont immenses. Elle a également cité l'exemple de l'hydrogène vert qui pourrait même créer 4 millions d'emplois sur le continent d'ici 2025. En ce qui concerne les matières premières, elle a même décrit l'Afrique comme "la centrale minière". Le cuivre, le cobalt (75 % de l'offre mondiale !), le manganite et la bauxite connaissent déjà une forte croissance, mais il y a encore des progrès à faire. Des investissements dans les infrastructures, la réglementation, la durabilité et la formation des mineurs sont indispensables. Enfin, elle a donné 10 conseils pratiques pour améliorer la productivité, la vitalité économique et la vie des Africains. L'adoption de la technologie numérique, le développement des talents africains et l'amélioration des infrastructures urbaines ne sont que quelques-uns de ses conseils.  

Transformer le défi climatique en opportunité 

Kristof Eggermont est consultant principal chez Econopolis et co-auteur du livre "The Climate Shock", décrit par l'éditeur comme un "livre inspirant pour tous ceux qui ne sont pas familiarisés avec les aspects techniques des questions climatiques".  Il a décrit le problème du climat comme étant très complexe, mais offrant en même temps de nombreuses opportunités, en particulier pour l'Afrique, qui ne représente que 4 % des émissions mondiales de CO2, mais qui peut contribuer à de nombreuses solutions. Il en a cité deux, l'une bien connue, l'autre peut-être un peu moins. La première est la conservation des forêts tropicales, qui sont des réservoirs naturels de CO2. La vaste forêt tropicale du Congo, la plus grande après l'Amazonie, est particulièrement importante à cet égard. Sa préservation pourrait devenir une activité économique. Moins connue, l'énergie géothermique, notamment dans la vallée du Grand Rift, également connue sous le nom de "Grand Rift", en Afrique de l'Est. Le Kenya tire déjà 40 % de ses besoins en électricité de l'énergie géothermique. Cette forme de production d'énergie et d'autres formes d'énergie renouvelable sont si importantes qu'à terme, l'Afrique pourrait devenir un exportateur d'énergie verte.  

 

Le débat d'experts met en évidence des développements positifs 

Les orateurs principaux ont été suivis d'un panel de discussion avec six invités. Nous nous limitons à quelques-unes de leurs citations. 

Alain Bernard, consultant du groupe DEME : "L'Afrique offre des opportunités uniques en matière d'énergie et de matières premières. Les jeunes Africains adoptent immédiatement les nouvelles technologies". 

Hans Maertens, directeur général de VOKA : "L'Afrique est le continent de la croissance : un quart de la population mondiale y vivra d'ici à 2050. Ne pas s'associer à des entreprises africaines est une erreur. L'Afrique est l'avenir des entreprises". 

Lieve Fransen MD, PHD, directrice et conseillère politique à l'université Wits, Afrique du Sud : "L'Afrique est la plus grande zone de libre-échange, sa population est jeune et elle peut ouvrir la voie à la transition énergétique. Le monde doit travailler avec l'Afrique pour s'attaquer aux grands problèmes." 

Peter Tom Jones, directeur de l'Institut des métaux et minéraux durables, KU Leuven : "30 % de toutes les matières premières critiques nécessaires à la transition climatique neutre se trouvent en Afrique. Le problème est que la Chine est généralement en avance sur l'Europe. La question est de savoir comment développer un modèle où l'Europe peut développer des partenariats avec l'Afrique pour l'extraction des minéraux." 

Wouter Ghyoot, Vice President Government Affairs Umicore : "Nous soutenons OVO depuis 2006 en raison des principes sur lesquels cette organisation est basée. Sur la base de ces mêmes principes, nous faisons également des affaires en Afrique. L'Afrique peut faire les choses tout à fait différemment de l'Europe et des États-Unis, avec beaucoup moins d'émissions de CO2." 

Werner Sels, fondateur et directeur général de Lignaverda : "Nous voulons promouvoir la biodiversité en plantant des arbres. Nos forêts nouvellement plantées ont un impact socio-économique, notamment grâce à la sécurité alimentaire qu'elles procurent. Nous avons déjà 14 000 ha au Sénégal et au Burkina Faso, et nous visons maintenant 100 000 ha en Namibie.  

 

Le débat a été suivi d'une série de questions. La conférence s'est terminée par une réception, une occasion idéale pour les ± 160 participants de nouer des contacts. 

 

Marc Van de Velde  

Assemblée Générale 2024
OVO Nouvelles
Assemblée Générale 2024
22/06/2024
Rapport annuel 2023
OVO Nouvelles
Rapport annuel 2023
18/06/2024
VITO et OVO sont complémentaires
OVO Nouvelles
VITO et OVO sont complémentaires
17/06/2024

Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchez ?

Une question sur un projet ou sur nos activités ? Vous souhaitez travailler avec nous ? Devenir bénévole ? Consultez notre foire aux questions ou posez-nous votre question sans engagement.